Upton Sinclair – La jungle

La jungle

Dans La Jungle (parue en 2011 au Livre de Poche), Upton Sinclair nous raconte la vie d’une famille de migrants européens lors de leur arrivée dans la ville américaine de Chicago, au tournant des 19ème et 20ème siècles. Un témoignage très fort sur les conditions de vie, ou plutôt de survie, de la classe ouvrière dans ce pays naissant…

 

Que peut la littérature ? A cette question posée fréquemment par François Busnel dans son émission La Grande Librairie, le roman d’Upton Sinclair « La Jungle » offre une réponse claire : faire prendre conscience des souffrances de la classe ouvrière pour faire changer sa condition.

Le roman s’ouvre sur le mariage du personnage central, Jurgis, et de sa future épouse rencontrée en Lituanie, Ona, après leur émigration aux Etats-Unis. Jurgis est une force de la nature, un « dur à la tâche » qui trouve d’ailleurs rapidement un emploi dans les abattoirs de Chicago. Ceux-ci sont l’employeur principal de la région, 30.000 personnes y travaillent pour 8 à 10 millions d’animaux tués par an (à cet égard, le passage où Sinclair décrit les lieux est magistral). Les premiers pas du jeune couple et de leur famille s’avèrent porteurs d’espoir dans ce nouvel environnement.

Passées ces premières semaines, de nombreuses difficultés viennent jalonner leur parcours : l’achat d’une maison à un véritable escroc, l’arrivée du froid (et avec lui la baisse d’activité économique qui jette sur le pavé sans aucune protection un grande nombre de travailleurs), différents chantages conduisent la famille à la misère et à un parcours loin de celui escompté au départ.

La première partie du roman est un véritable coup porté au lecteur : un réel dégoût émerge rapidement à la lecture des pages. J’ai été profondément choqué par l’absence de moralité de cette société, où la corruption se retrouve à tous les niveaux. Certaines règles sont fixées pour empêcher le travail des enfants ? N’en déplaise, on falsifie leur âge pour qu’ils puissent travailler. Sans parler de la falsification les marchandises avariées pour les faire entrer à nouveau dans la chaîne alimentaire ou encore des conditions de travail dans les usines d’engrais… Ce livre regorge de tels exemples qui font que le parcours normal d’un immigré est celui d’une chute irrémédiable. Au moindre accident de la vie, les protagonistes se retrouvent dans un grand état de dénuement.

Sans vouloir révéler la seconde partie du roman, il semble évident qu’Upton Sinclair a voulu faire endosser à Jurgis plusieurs rôles jusqu’à l’ouverture vers une étape plus prometteuse de sa vie. Cette partie est un peu plus décousue (peut-être) que la première mais n’en demeure pas moins intéressante.

Ce livre a eu un fort retentissement dans le pays, puisqu’il a provoqué une enquête sur les pratiques des trusts de la viande, confirmant les propos de Sinclair, ce dernier ayant même été reçu par le président Roosevelt. Une législation sociale a ensuite été mise en place. Un bel exemple du pouvoir de la littérature !

Vous l’aurez donc compris, j’ai beaucoup apprécié ce livre, que m’a offert mon épouse pour Noël (merci, ma chérie !), et je vous en conseille donc vivement la lecture !

X dépêchez-vous de l’acheter chez votre libraire

X ou allez l’emprunter dans votre bibliothèque

lisez plutôt autre chose

Réf.: La Jungle de Upton Sinclair, traduit par Anne Jayez et Gérard Dallez, Livre de poche, 2011, 527 p.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s