François Kersaudy – Hermann Goering

Goering

Je n’avais d’Hermann Goering que quelques images en tête : celui d’un personnage éminent du IIIème Reich, peu recommandable, ou encore celui d’un homme fatigué lors du procès de Nuremberg qui se donna la mort par cyanure… Lors d’une visite à la médiathèque de notre ville, je feuillette la biographie que lui consacre François Kersaudy (parue aux Editions Perrin), l’emprunte… et la dévore littéralement. Comment un héros de la Première Guerre Mondiale devient ce Goering si détestable ? C’est ce que met en lumière François Kersaudy…

Né en 1893, Goering est un flamboyant. Il s’illustre comme pilote durant la 1ère guerre mondiale et reçoit des mains même de l’Empereur Guillaume II une haute distinction militaire. La suite ? Après une reconversion difficile, Goering rencontre Hitler à Munich, adhère au NSDAP puis dirige les SA avant de créer la Gestapo. Il rassure les milieux d’affaire, qu’il connaît bien, et apparaît comme l’homme fréquentable du régime, un héros de guerre.

Personnage extrêmement vaniteux, Goering s’intéressera finalement plus aux décorations (il en aura 118 dès 1940 !), aux différents avantages que lui procure sa position qu’à sa fonction de Maréchal du Reich. Il pillera d’ailleurs un grand nombre d’œuvres d’art qu’il collectionnera dans sa propriété. Propriétaire d’un train personnel luxueusement équipé dans lequel il prenait ses bains, il faisait arrêter les autres trains sur les voies (notamment ceux transportant des blessés) pour pouvoir profiter du moment en toute quiétude…

Populaire auprès de la population, il tombe progressivement en disgrâce auprès d’Hitler ; il perd la bataille d’Angleterre, se désintéresse de plus en plus de la guerre. Kersaudy nous relate d’ailleurs un épisode où Goering confond les modèles d’avion lorsqu’il les présente au Führer, se ridiculisant complètement. Sa dépendance à la morphine altèrera d’ailleurs tout au long de sa vie son jugement. Voilà comment Speer décrit l’action de Goering :

A partir de ce moment-là (NDLR : en 1942), je m’étais aperçu que Goering ne faisait rien pour traiter les problèmes. Lorsqu’il lui arrivait de s’y atteler, il ne parvenait qu’à créer un désordre total, car il ne prenait jamais la peine d’aller au fond des choses, préférant prendre ses décisions impulsivement, sous le coup de l’inspiration.

A travers cette biographie, François de Kersaudy retranscrit également les querelles permanentes entre les membres du parti ; les alliances de circonstance sont légion et Goering n’y échappe pas. S’il n’est pas foncièrement hostile aux Juifs, il se rallie ainsi à la solution finale. Sa soumission à Hitler était totale.

In fine, Goering aura été avant tout un acteur, et lorsqu’il se réfugie dans un château à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, il sera accompagné d’une cour de 75 personnes dans son sillage. Il utilisera ses talents lors du procès de Nuremberg, mais démasqué, il finit par être condamné à la pendaison, peine qu’il ne connaîtra pas, puisqu’il décide de se donner la mort en avalant une ampoule cyanure.

Très bien documentée, extrêmement vivante, cette biographie nous fait suivre l’ascension et la chute de cet homme, sa destinée tragi-comique et à travers elle, toute l’histoire du IIIème Reich. De plus, l’écriture est telle que ce livre s’adresse aussi bien à des passionnés d’histoire comme à des curieux peu au fait de tous les détails de la Seconde Guerre Mondiale. En résumé, un livre dont je vous conseille vivement la lecture !

X Achetez-le chez votre libraire

X ou allez l’emprunter dans votre bibliothèque

lisez plutôt autre chose

Hermann Goering de François Kersaudy, Perrin, 2009, 800 p

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s