Judith Hermann – Au début de l’amour

DSC_0869

Soulignons dès le départ que la traduction française du dernier livre de Judith Hermann n’est pas encore sortie. Elle est prévue pour le mois de mars – ma chronique s’appuie donc uniquement sur la version originale qui s’intitule Aller Liebe Anfang *. Si je vous disais que Judith Hermann était une des raisons pour lesquelles je voulais écrire un blog ? Pour parler plus de la littérature allemande. Oui, c’est vrai. Pourtant, par un jeu de pouvoirs étranges, c’est seulement maintenant que je m’y mets. Mais ne vous inquiétez pas : se pencher de plus près sur la littérature germanique fait partie de mes résolutions pour l’année 2016.

Revenons donc vers Judith Hermann…

Journaliste et écrivaine allemande, Judith Hermann se fait tout d’abord connaître grâce à ses excellentes nouvelles saluées même par Marcel Reich-Ranicki (célèbre critique littéraire). Le premier recueil, intitulé « Sommerhaus, später » (« Maison d’été, plus tard »), sorti à la fin des années 90, a rencontré beaucoup de succès, tout comme le deuxième « Nichts als Gespenster » (« Rien que des fantômes »), quelques années plus tard. Ces deux livres-là sont de véritables coups de cœur pour moi, je voudrais donc leur réserver une chronique bien à part.

Aller Liebe Anfang est son premier roman. Dès le départ, on retrouve bien le style de Judith Hermann : en décrivant quelques objets dans la pièce et quelques gestes faits par Stella – le personnage principal du livre -, l’auteur nous invite dans son intimité. On se voit presque confortablement assis avec elle dans la pièce, dans un coin pour ne pas déranger, avec le sentiment de connaître cette femme depuis bien longtemps et d’échanger des confidences avec elle.

Trentenaire, mariée à Jason qui est souvent absent pour son travail, mère d’une petite fille, elle travaille comme aide-soignante auprès de personnes âgées auxquelles elle rend visite quotidiennement. Elle a une vie sans surprise ; même sa maison est une copie de toutes les maisons du voisinage. Avec Jason, ils vivent plutôt l’un à côté de l’autre qu’ensemble et ses journées se déroulent au fur et à mesure des horaires de ses visites et des déplacements de son époux. Jusqu’à ce qu’un jour, un homme inconnu sonne à la porte, ainsi que les jours suivants. Ainsi commence le harcèlement qui va sortir Stella de sa trajectoire bien tracée.

Même si le livre traite le sujet de stalking (harcèlement), on retient à mon avis beaucoup plus l’image d’une femme à un carrefour de sa vie. Elle hésite sur la direction à prendre, elle se remémore ses débuts avec Jason, entretient une correspondance avec sa meilleure amie…

J’ai apprécié également les passages sur ses visites aux personnes âgées où chacune représente une autre personnalité, un autre vécu. Cela m’a rappelé un excellent livre de Doris Lessing « Journal d’une voisine » (Les carnets de Jane Somers), qu’il faut absolument que je relise et dont j’aimerais vous parler un peu plus. On y évoque, là aussi, la vieillesse et la solitude.

En ce qui concerne l’oeuvre de Judith Hermann : si vous n’avez encore rien lu d’elle, je vous conseille vivement de commencer avec ses deux premiers livres qui sont pour moi beaucoup plus réussis. Je croise les doigts pour que le prochain livre soit à nouveau un recueil de nouvelles.

 

Aller Liebe Anfang de Judith Hermann. S. Fischer, 2014, 218 p.

*Au début de l’amour, Albin Michel

 

Publicités

4 réflexions sur “Judith Hermann – Au début de l’amour

  1. Une très bonne résolution pour 2016! On parle en effet trop peu de littérature allemande sur les blogs. Je guetterai la traduction de ce roman. D’ici la, j’essaierai bien une de ses nouvelles en vo, si la langue n’est pas trop difficile du moins.

    J'aime

    • Je pense que ses livres sont assez abordables en allemand. D’ailleurs, certains lecteurs allemands lui ont reproché d’employer un langage assez simple, quasi scolaire dans son dernier livre « Aller Liebe Anfang ». C’est peut-être vrai.
      Mais c’est moins le cas pour les deux précédents livres que j’ai beaucoup aimés : « Sommerhaus, später » et « Nichts als Gespenster ».
      Les nouvelles dans Nichts als Gespenster sont de plus liées à des voyages, on y retrouve par ex. Venise, Prague, l’Islande et il s’y dégage une certaine mélancolie. Néanmoins, Patrice a préféré Sommerhaus, später, je pense 🙂

      Merci pour ton retour et bonne lecture !

      J'aime

    • Bonsoir,
      Merci pour votre commentaire. J’espère que les nouvelles de Judith Hermann vont vous plaire autant qu’à moi. Je serais curieuse d’avoir votre avis après !
      Bonnes lectures 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s