Franck Courtès – Sur une majeure partie de la France

Courtès

Alors que le printemps pointe son nez, nous invitant à aller humer les parfums de la nature, je vous convie aujourd’hui à découvrir un livre de la rentrée littéraire de début 2016, Sur une majeure partie de la France, de Franck Courtès, paru aux Editions JC Lattès. Il aborde justement le thème de la campagne, dont l’évolution est traitée sous un angle plutôt pessimiste. Un très bon roman sur lequel cette chronique vous en dit plus !

 

Mortcerf est une commune de l’Est du Bassin Parisien où les parents du narrateur, Franck, possédaient une maison de campagne. Il y retourne avec sa famille et rencontre par hasard d’anciennes connaissances qui lui rapportent notamment que Quentin, l’un des amis de Franck, a fait de la prison. A partir de cela s’ouvre pour le lecteur le récit des années où Franck côtoyait Quentin, le fils du garde-chasse, aimant la pêche et le dessin, mais aussi Gary, un garçon marqué par une enfance difficile, qui glissera progressivement vers la délinquance.

Le récit alterne entre Gary, Quentin et Franck et se lit sur deux niveaux : on a d’une part histoire des protagonistes, de leur relation (et la fin du roman est riche en révélations…). Alors que Quentin souhaite rester vivre au village, Gary, en s’adonnant au trafic de drogue, symbolise le glissement de cette campagne jadis repliée sur elle-même vers les thématiques urbaines. Entre eux-deux gravite Anne, qui rêve d’une autre vie… D’autre part, l’auteur analyse sévèrement la mutation des campagnes :

Pour se rendre au centre-ville de Fuvières, on pouvait longer le canal et traverser le terrain vague promis aux logements sociaux. De ce terrain allaient bientôt surgir les sociopathes de la banlieue parisienne. Ailleurs en France, la campagne se vendait au tourisme. Ici, elle soulageait Paris de son problème social. On y déversait le trop plein violent de sa banlieue.

ou encore plus loin dans le roman :

Aujourd’hui, quand je revois certaines fermes que j’ai connues gaies et prospères, une impression de ruine morale me saisit, la pauvreté a conquis les coeurs. L’échange ne peut plus se produire. Mon père déplorait l’exploitation des plus faibles ; aujourd’hui, il en pleurerait l’exclusion.

Une mutation non seulement centrée sur cette région de France, mais comme le laisse augurer le titre, « sur une majeure partie de la France ». A sa lecture me sont revenus à l’esprit les propos du sociologue Bertrand Hervieu, qui dans les années 90, nous disait que la ruralité disparaissait de deux manières : d’un côté à cause de la désertification (on pense aux zones rurales éloignées de toute centre urbain), mais aussi de l’autre en raison du phagocytage par des zones urbaines en expansion, ce qui est le cas de Montcerf dans ce roman. Une campagne déstabilisée par la drogue et l’urbanisme ; une drogue qui touche non seulement les jeunes, mais aussi les terres, malmenées par l’agriculture moderne (sur ce point, j’affiche un désaccord avec l’auteur !).

S’il est assez pessimiste, le roman constitue à mon sens une très belle lecture avec en toile de fond une jolie histoire d’amour. Sélectionné à juste titre par les jurés du Prix Orange du Livre (auxquels j’ai la chance d’appartenir cette année), je vous conseille de le découvrir !

X Achetez-le chez votre libraire

X ou empruntez-le dans votre bibliothèque

lisaez plutôt autre chose

Réf : Sur une majeure partie de la France, de Franck Courtès. JC Lattès. 2016, 321 p.

 

Publicités

4 réflexions sur “Franck Courtès – Sur une majeure partie de la France

  1. bravo pour votre participation au prix orange et cette jolie chronique , oui la campagne est à mourir d’ennui et on y meurt effectivement, d’ennui et d’autre chose.

    J'aime

    • Merci beaucoup ! Je voulais justement rédiger une chronique sur le déroulement du prix Orange cette semaine, qui permet entre autres de découvrir des titres qu’on n’aurait pas lus en temps normal. Bonne semaine (peut-être pas à la campagne, même si elle est vraiment jolie à cette époque de l’année !)

      J'aime

    • Merci beaucoup ! Les photos sont une idée de mon épouse. Je n’étais pas des plus emballés au début mais je me suis vite laissé prendre au jeu.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s