Cara Hoffman – So much pretty

DSC_0888

Place aujourd’hui à un premier roman très noir écrit par l’américaine Cara Hoffman. So much pretty (on aurait pu trouver un meilleur titre, je pense…) – entre policier et tableau du monde rural, une belle révélation au niveau lecture !

En guise de « personnage principal », je désignerais sans hésitation la petite ville de Haeden. Ce qui va me rester en mémoire, ce sont surtout les descriptions de paysage, les observations pertinentes de l’auteure sur les habitants et leurs relations, ses réflexions sur l’agriculture, l’industrie agroalimentaire et le rapport des gens avec l’écologie, ainsi que leur méfiance envers tout changement, toute nouveauté. Il faut noter que Cara Hoffman a travaillé comme journaliste dans ce milieu et cela se voit. Même s’il ne s’y est jamais rendu, le lecteur n’aura aucun mal à s’imaginer le milieu dans lequel se déroule cette histoire noire…

Je devais sans cesse me rappeler à moi-même que si j’étais venue ici, à Haeden, c’était entre autres parce qu’il ne s’y passait rien. La tranquillité, le silence, les vieilles maisons, les labos de méthamphétamine, la pauvreté et les champs de maïs à perte de vue : un coin paumé au milieu de nulle part, où les vies s’entrecroisaient par pure habitude. Le sens des choses avait perdu toute signification depuis un demi-siècle.

Il faut dire que ce roman fourmille de personnages, mais il y en a quelques-uns qui se détachent plus particulièrement. C’est tout d’abord une jeune serveuse, Wendy, qui tient le triste rôle d’une fille retrouvée assassinée. Sa disparition est d’autant plus incompréhensible aux yeux de la population que Wendy était bien ancrée dans ce petit monde, que ce soit par ses antécédents familiaux ou par son comportement.

L’assassinat est suivi de près par Stacy Flynn – une jeune journaliste qui est venue dans cette région pour une autre raison, mais se trouve vite mêlée à cette histoire.

Puis viennent Claire et Gene Piper, un couple de médecins arrivé de New York il n’y a pas très longtemps pour trouver à Headen le calme et de meilleures conditions de vie. Idéalistes, engagés, vivant d’une façon plutôt alternative, ils ne se sont pas intégrés aussi bien qu’ils auraient espéré… Et leur fille Alice sort encore plus du cadre… !

Apparemment, les habitants de Haeden ne prenaient pas en considération le monde extérieur. A tel point qu’ils continuaient d’utiliser des mots tels que « ferme », « forêt » et « ville », même s’ils ne correspondaient plus du tout à la réalité du paysage.

A ces derniers s’ajoute un nombre considérable d’autre personnages : les policiers, les familles installées « depuis toujours », les amis ou les connaissances de Wendy… Pour leur donner la parole, Cara Hofmann a choisi une approche qui demande au lecteur une certaine concentration. En d’autres mots, il faut lire ce roman de préférence d’une traite, sinon l’on pourrait vite s’y perdre. Les petits chapitres, dont chacun témoigne d’une certaine façon de l’événement, ne sont pas rangés chronologiquement et couvrent à chaque fois une autre personne. On y trouve également les interrogatoires, les pièces à convictions, les lettres ou  les interviews menés par la journaliste…

Bref, de quoi dérouter le lecteur ! Mais si celui-ci persévère, il sera récompensé par une bonne dose de suspense (qui monte plutôt vers la fin) et une mosaïque fascinante de ce coin perdu au milieu des champs de maïs…

achetez-le chez votre libraire

X empruntez-le dans votre bibliothèque

lisez plutôt autre chose

So much pretty de Cara Hoffman, traduit par Emmanuelle et Philippe Aronson. 10/18, 2013, 384 p.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s