Robert Seethaler – Une vie entière

Seethaler

Une vie entière de Robert Seethaler décrit la vie d’un homme dans les Alpes autrichiennes au XXème siècle. Un roman court qui eut à l’époque de sa sortie un succès réellement mérité.

Andreas Egger est né orphelin et a été placé dans une famille qui ne l’a jamais réellement adopté. Le chef de famille, un dénommé Kranzstocker le bat à tel point que celui-ci restera boiteux toute sa vie. Lent, dur à la tâche, taiseux, Andreas travaille comme journalier avant de participer à la construction des téléphériques, qui font entrer la région dans la modernité, en amenant le tourisme de masse.

Une vie entière - Robert Seethaler - FolioSeethaler nous parle de la vie de son personnage principal, et nous offre chemin faisant de très jolies descriptions de la vie âpre de la ferme et des événements qui jalonnent la vie du village : l’électrification, la construction des téléphériques, l’arrivée de la télévision…

Même s’il ne sortit de sa vallée que pour aller à la guerre et restera prisonnier dans le Caucase jusqu’en 1951, Andreas eut une vie non avare de souffrances. Les pages consacrées à son amour malheureux pour Marie, à laquelle il a du mal à exprimer ses sentiments, font partie des plus jolies mais aussi des plus tristes du roman :

Il brûlait de lui demander sa main, le jour même autant que possible, au plus tard le lendemain. Mais il ne savait absolument pas comment s’y prendre. Des nuits entières, il resta assis sur ce seuil construit de ses mains, à fixer l’herbe à ses pieds au clair de lune, en ressassant ses propres insuffisances.

En peu de pages, avec un style très poétique et très visuel, l’auteur nous immisce à merveille dans cette vie simple, avec en arrière-plan le décor de la montagne.

Il n’avait personne, mais il avait tout ce qu’il lui fallait, c’était assez. De la fenêtre, la vue était étendue, le poêle était chaud, et, au bout d’un hiver de chauffage, l’odeur tenace de bouc et d’autres bestioles se serait définitivement dissipée. C’était surtout le calme qu’Egger appréciait.

Une très belle lecture au final. Je vous conseille donc :

X d’acheter ce livre chez votre libraire ou bouquiniste

X de l’emprunter dans votre bibliothèque

de lire autre chose

FR : Une vie entière, de Robert Seethaler, traduit de l’allemand par Elizabeth Landes. Folio, 2018, 144 pages.

DE : Ein ganzes Leben de Robert Seethaler, Goldmann, 2016, 192 pages.

DSC_0757

 

Ce livre a été lu dans le cadre des Feuilles allemandes, consacrées à la littérature de langue allemande. Pour y participer, rien de plus simple.

  1. lisez un livre d’un(e) auteur(e) de la langue allemande (Allemagne, Autriche, Suisse…) tous genres confondus
  2. partagez votre lecture sur votre blogue au cours du mois de novembre et jusqu’au 8 décembre et communiquez-moi s’il vous plaît le lien vers votre billet pour que je puisse l’intégrer dans notre bilan à la fin
  3. revenez ensuite au point 1.

2 réflexions sur “Robert Seethaler – Une vie entière

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.