Erik Orsenna – La vie, la mort, la vie

Orsenna

On ne présente plus Erik Orsenna, académicien à l’esprit curieux et à l’enthousiasme communicatif, lauréat du prix Goncourt en 1988 qui, dans ses récents ouvrages, a traité de thèmes aussi différents que la mondialisation (à travers le coton, l’eau, le moustique), la langue française ou encore l’Afrique. Dans La vie, la mort, la vie, c’est sur le célèbre biologiste Louis Pasteur qu’il jette son dévolu. Avec toujours le même appétit. Lire la suite

Publicités

Georges Valance – VGE, une vie

DSC_0488

VGE, une vie, de Georges Valance est un ouvrage que j’avais découvert il y a quelques années grâce à l’excellente émission L’esprit Public de France Culture, alors animée par Philippe Meyer. « Encadré, coincé entre deux destins écrasants, entre la geste gaullienne prolongée en Pompidou, et l’alternance réalisée par Mitterrand, Giscard n’a pas la place qu’il mérite dans l’histoire contemporaine de notre pays. » Ainsi s’exprime Georges Valance dans l’introduction du livre. Je vous invite donc à réparer cette injustice et à (re)découvrir le parcours de celui qui présida aux destinées de la France de 1974 à 1981. Lire la suite

Jean-Paul Bled – François-Ferdinand d’Autriche

DSC_0414Le 28 juin 1914, à Sarajevo, était assassiné l’archiduc François-Ferdinand d’Autriche, héritier de la monarchie d’Autriche-Hongrie. Cet évènement déclencheur allait précipiter l’Europe toute entière dans la Première Guerre Mondiale 34 jours plus tard. Mais qui était donc François-Ferdinand,  comment était-il arrivé dans la position d’héritier du trône, quelles étaient ses idées… ? Ce sont toutes ces questions auxquelles Jean-Paul Bled, historien spécialiste de l’Autriche-Hongrie et de l’Allemagne, va s’attaquer dans son livre François-Ferdinand d’Autriche paru chez Tallandier. Une très belle occasion de redécouvrir la Monarchie disparue depuis 1918 et cet inconnu célèbre…

Lire la suite

François Kersaudy – Hermann Goering

Goering

Je n’avais d’Hermann Goering que quelques images en tête : celui d’un personnage éminent du IIIème Reich, peu recommandable, ou encore celui d’un homme fatigué lors du procès de Nuremberg qui se donna la mort par cyanure… Lors d’une visite à la médiathèque de notre ville, je feuillette la biographie que lui consacre François Kersaudy (parue aux Editions Perrin), l’emprunte… et la dévore littéralement. Comment un héros de la Première Guerre Mondiale devient ce Goering si détestable ? C’est ce que met en lumière François Kersaudy…

Lire la suite